Combien gagne un freelance avec le portage salarial ?

La question qui tourmente les personnes travaillant en freelance et qui hésitent encore à essayer le portage salarial c’est combien ils peuvent gagner en choisissant cette pratique. Certains pensent qu’ils peuvent encaisser plus alors que d’autres supposent qu’ils perdront quelques chiffres, voici donc quelques éléments de réponse pour éclaircir le sujet.

freelance

De quoi dépend le salaire ?

Le salaire qu’on va percevoir dépend uniquement du montant du service qu’on a facturé aux clients et rien d’autre. Tout part de là et c’est par rapport à ce chiffre que les calculs vont être faits. La société de portage n’entre quasiment pas dans la négociation entre le travailleur et son client. Toutefois, pour être éligible au portage salarial, le montant doit équivaloir à 75 % du plafond de la sécurité sociale en temps plein c’est-à-dire 2452 € par mois. On peut fixer le prix de la prestation en fonction de cette somme si on veut entrer dans le portage salarial.

Quels sont les frais à payer ?

Comme tous les salaires, les rémunérations avec le portage salarial sont déduites de certains frais pour donner la somme que l’employé recevra. Tout d’abord, ce qui fait la particularité du portage salarial c’est qu’il y a ce qu’on appelle le frais de gestion qui est perçu par la société dont le travailleur freelance est client. Ce frais vaut à peu près 7 à 10 % du chiffre d’affaires selon le contrat. Ensuite, d’autres frais plus courants sont extraits de cette somme, ce sont les charges patronales, charges salariales. Mais il existe aussi des contrats qui permettent de récupérer le TVA pour une somme suffisante.

Simulation de ce que peut gagner un freelance avec le portage salarial ?

Supposons qu’on a facturé notre prestation à 2500 €. Lorsque le frais de gestion a été déduit c’est-à-dire les 10 %, il ne reste plus que 2250 €. Après cela viennent les charges patronales ainsi que les charges salariales qui valent respectivement 52 % et 22 %. Finalement, le travailleur freealnce touchera donc 1155 € de salaire net. Par simple calcul, on voit donc que le salaire est égal à 46,2 % du chiffre d’affaires. Mais cette opération peut être considérée comme simple, car il existe des contrats plus complexes.

Le portage salarial n’est donc pas une garantie de gagner plus ni un chemin qui mènera irrémédiablement à une perte, c’est plus complexe que cela. La somme qu’on va encaisser dépend grandement de ce qu’on a facturé aux clients surtout si on est en freelance. Le portage salarial ne déroge donc pas à cette règle de la vie qui stipule que pour gagner plus il faut travailler plus.

A propos de

Faut-il investir à Aucamville ?

Aucamville est une ancienne terre maraîchère ayant récemment pris le statut de petite ville. Cette commune située à la périphérie de Toulouse connait un dynamisme croissant, et les projets immobiliers neufs y fleurissent peu à peu. Mais quels sont les atouts de cette ville ? Et investir à Aucamville est-ce une bonne idée ?

Aucamville, une petite ville dynamique

Aucamville est la ville idéale si vous recherchez un lieu de vie aux portes de Toulouse. Elle compte près de 8.200 habitants et a récemment changé son statut de « village » à « petite ville » avec succès. Ainsi, les constructions en briques rouges héritées de l’ancien village restent toujours présentes, et cohabitent maintenant avec les appartements neufs et modernes récemment construits. L’architecture y est donc variée, mais parvient cependant à s‘harmoniser.

La route de Fronton qui traverse la ville est considérée comme étant l’épine dorsale de la commune, et est un atout essentiel en termes d’accessibilité, de commerces et d’activités. La RD 820 qui relie Toulouse à Montauban et l’A62 qui est une autoroute « des deux mers » faisant le lien entre Toulouse et Bordeaux sont également des axes de communication très importants.

Sur le plan culturel et associatif, la ville connait un véritable dynamisme, puisqu’elle compte une soixantaine d’associations aucamvilloises. Les infrastructures pour les enfants, comme les écoles, les équipements scolaires ou les lieux de garde d’enfants y sont nombreuses, ce qui rassure les parents souhaitant s’installer dans la commune. Les adultes y trouveront également leurs comptes car il y existe de nombreuses sorte de lieux de sorties, comme le centre culturel, le cinéma, la zone commerciale etc.

En termes d’emplois, les habitants d’Aucamville sont proches des pôles d’emplois commerciaux comme la zone commerciale du Fronton. La proximité des zones industrielles comme le Liebherr Aérospace est également un véritable atout.

Pourquoi faut-il investir à Aucamville

Aucamville possède plusieurs atouts qui pourraient pousser un particulier à y investir, notamment dans le neuf. On y compte actuellement environ 50% de propriétaires, et 50% de locataires. Cependant, la ville est classée zone éligible Pinel classée B1. En d’autres termes, l’Etat estime que l’offre immobilière y reste insuffisante, et n’est pas en mesure de satisfaire toutes les demandes locatives. Il s’agit donc d’une zone tendue. Les investisseurs envisageant d’acquérir un bien immobilier destiné à être loué à un tiers auront donc toutes les chances de trouver facilement des locataires.

Comme elle est éligible à la loi Pinel, un investisseur y faisant l’acquisition d’un logement neuf à vocation locative et respectant les normes RT2012 relatives à la consommation énergétique pourra bénéficier d’une défiscalisation accordée par l’Etat. Ainsi, une réduction d’impôt sur le bien de 12% est accordée si celui-ci est loué durant 6 ans. Si la location dure 9 ans, la défiscalisation sera de 18%. Enfin, pour une location de 12 ans, l’impôt sera réduit de 21%.

Notons également que d’autres dispositifs comme le PTZ (Prêt à Taux Zéro) ou la possibilité de rembourser les prêts immobiliers via les mensualités reçues durant la location incitent les particuliers à investir dans le neuf.

Un investisseur pariant sur Aucamville pourra compter sur une ville ayant une activité économique soutenue, notamment grâce aux zones d’activité commerciales, industrielles et artisanales. L’implantation de la société Liebherr permet de fortifier l’économie locale avec plus de 1.200 employés sur site. Les demandes en logement et les pouvoirs d’achat sont donc bel et bien présents.

A propos de

Bien entretenir sa batterie de camping-car

Une batterie de camping-car nécessite, comme tous les objets électriques, un entretien régulier pour optimiser sa durée de vie et conserver au maximum sa performance. Pour cela, il faut adopter certaines pratiques qui doivent devenir des habitudes pour tout adepte de camping-car.

Respecter les consignes d’entretien

Ce conseil est surtout primordial pour ceux qui utilisent des batteries au plomb ouvertes. Ce genre de batterie nécessite des entretiens contrairement aux autres modèles. Le plus important c’est l’ajout d’eau distillée, il ne faut en aucun cas laisser la batterie à cours d’eau sinon de considérables dégâts peuvent arriver. Il est également recommandé de bien lire la notice pour vérifier qu’il n’y a pas d’autres consignes à respecter et cela est valable pour tous les types de batterie.

Éviter une décharge trop faible

Lorsqu’on utilise la batterie, il ne faut pas attendre qu’elle soit à plat ou à un niveau de décharge critique pour que l’on pense à le charger. Le niveau idéal pour rehausser la charge de la batterie est de 50%. Si on respecte ce seuil, on peut être sûr qu’elle aura une très longue durée de vie. Il ne faut surtout pas descendre à moins de 30%, sinon la batterie ne récupérera pas assez quand on la charge. Une charge trop tôt peut également endommager la batterie c’est-à-dire à partir de 80% et plus.

Charger pleinement après chaque cycle

Quand on décide de charger la batterie, il faut le faire jusqu’à 100% et de préférence sans interruption surtout si cette dernière peut s’avérer être longue. Si on n’effectue pas la charge à 100% et qu’on décide d’utiliser la batterie, la performance de celle-ci va diminuer. Pour faire une charge pleine, le mieux est d’utiliser le secteur à 220 V ou si on a les moyens, d’utiliser des panneaux solaires. Ce sont les seuls à pouvoir fournir plus de 14 V qui est la tension d’absorption de la batterie.

Prévenir l’autodécharge

Même si on met notre camping-car au repos, et par conséquent la batterie aussi, des processus chimiques font que celle-ci perd de la charge même si elle ne fonctionne pas. Si une batterie a le malheur d’être totalement à plat dû à l’autodécharge, il se peut qu’elle perd plus de la moitié de sa performance originelle. Il faut donc charger la batterie de temps en temps même si on ne l’utilise pas. Pour cela, on la branche à 230 V pendant 24 heures tous les 1 ou 2 mois.

Garder la température supportable

Une batterie est très sensible à la température puisque c’est l’un des paramètres qui entrent en jeu pour définir sa performance. Un trop haut ou trop bas niveau de mercure peut donc affecter la batterie et provoquer une baisse de sa qualité. Il faut garder la température entre 20 et 35ᵒC si cela est possible car c’est l’intervalle idéal. Il faut également savoir qu’une batterie supporte mieux le froid que la chaleur.

A propos de

Tout savoir sur le Shoei NXR

Si vous êtes un fan de moto et que vous désirez rouler sur votre deux-roues en toute sécurité, vous devez choisir le casque adapté à vos besoins, que ce soit au niveau du confort, de la performance ou de la sécurité. Le Shoei NXR est l’un des modèles qui pourrait vous ravir. À travers ces quelques lignes, nous allons vous faire découvrir ses caractéristiques.

Casque Shoei NXR : une conception sur mesure

Dernier modèle des casques sport-GT de la marque Shoei, ce NXR offre un champ de vision large, que ce soit au niveau de sa hauteur ou de sa largeur. Son cache-nez et son ouverture sont disposés de manière à ne pas encombrer son utilisateur.
L’une des spécificités qui distinguent ce modèle concerne sa ventilation. Il comporte en effet quatre points d’entrée d’air (1 menton, 3 frontaux) et six points d’extraction. Ce système est le garant d’une performance de ventilation optimale.
Ce casque moto est muni d’un écran CWR-1 disposant d’un film Pinlock qui permet de réduire considérablement la formation des buées. Il est également livré avec un écran incolore de série. L’installation d’un système d’intercom reste facile, car il comporte déjà toutes les dispositions nécessaires.

Tout dans le confort et la sécurité

Doté d’un intérieur en mousse polyuréthane et d’une combinaison de tissu haute performance ainsi que des mousses de joue disponibles en quatre dimensions, le confort de ce casque n’est plus à démontrer. Confectionnée en fibres organiques et en multi-composites superposés, sa coque peut résister aux chocs. Le casque comporte un calotin en polystyrène multi-densité pour renforcer la sécurité.
Il dispose d’un système de fermeture en boucle double D, qui contrairement à la micrométrique, est tout à fait autorisé sur la grande majorité des circuits européens. De plus, il assure un ajustement parfait et reste très pratique à utiliser. Il est également bon de noter qu’il est muni d’un système de sécurité EQRS qui permet de faciliter l’extraction du casque en cas d’accident.

Un design compact et robuste

Ce casque répond à un design compact. Robuste, il est tout à fait typique à un caractère sportif. En plus de lui fournir un look unique en son genre, cette structure offre également un excellent aérodynamisme pour une stabilité optimisée, notamment grâce à son aileron intégré. D’un poids d’environ 1300 gr, il se fait vite oublier, peu importe la distance à parcourir.
Pour ce qui est de son design, il est épuré avec une finition perfectionnée dans les moindres détails. Par ailleurs, quels que soient votre look et vos goûts, vous pouvez trouver le modèle de votre choix. Plus discret, vous avez les couleurs unies. Si vous aimez les styles plus osés, il existe des modèles reflétant l’audace et l’aventure.
Dans son ensemble, ce casque moto Shoei NXR fournit de très bonne performance, que ce soit sur la route ou hors-piste. Il peut être adapté à différents profils de motards, des plus discrets aux passionnés de sensations fortes. Au niveau du prix, il promet un très bon compromis en matière de rapport qualité-prix.

A propos de

La scarlatine, symptômes, transmission et traitement

Rare et bénigne, la scarlatine est une infection bactérienne atteignant principalement l’enfant. Peu contagieuse, elle se transmet par voie aérienne ou par contact direct avec le patient. Elle se manifeste à l’aide de différents symptômes et nécessite un traitement adéquat pour éviter toute complication.

Les symptômes de cette affection

Survenant le plus souvent chez l’enfant de 5 à 10 ans, la scarlatine est engendrée par une bactérie sécrétant une toxine qui se propage dans l’organisme. C’est cette toxine qui est la cause de l’éruption cutanée se manifestant chez le patient.

Le délai compris entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes dure en moyenne 1 à 4 jours. Le patient présente alors une angine qui l’empêche d’avaler facilement les aliments. Les ganglions du cou ainsi que les amygdales gonflent, tandis que la gorge est enflammée et rouge. En plus d’avoir une fièvre avec une température de plus de 38,5° C, le malade peut ressentir des douleurs abdominales, des maux de tête, des nausées et/ou des vomissements.

L’éruption cutanée se manifeste 24 heures à 48 heures après le début de l’angine. Comportant des points rouges marqués de part et d’autre du corps, la peau devient granuleuse et rugueuse au toucher. Ces points naissent aux plis de l’aine, du coude et sous l’aisselle pour se propager sur le pourtour de la bouche, au bas de l’abdomen, en haut du thorax, sur les extrémités du corps excepté les plantes des pieds et les paumes des mains.
Quant à la langue, elle est recouverte au départ d’un enduit blanc épais pour présenter ensuite une dépapillation se localisant de la périphérie vers le centre. Après quelques jours, elle devient rouge framboisée.

Transmission et traitement

Une personne infectée par la scarlatine peut la transmettre à une autre en toussant, en éternuant ou en projetant des gouttelettes de salive dans l’air. Il est également possible pour une personne saine de contracter la bactérie responsable de cette maladie lorsqu’elle utilise des objets contenant les sécrétions du malade. En introduisant ses mains souillées par les sécrétions de ce dernier dans le nez ou la bouche, elle est susceptible de contracter cette affection.

Afin d’anticiper tout risque de complication, il est primordial de bien traiter la scarlatine. Le traitement qui dure 10 jours doit être respecté à la lettre. Ainsi, un repos au lit et une mise à l’écart pendant deux semaines sont recommandés. Le médecin prescrira de l’amoxycilline ou la pénicilline V administré par voie orale. Si le patient est allergique à la pénicilline, il devra prendre des macrolides. La benzathine-pénicilline sera administrée par voie intramusculaire au cas où le traitement n’a pas été suivi à la lettre. Un contrôle particulier des urines du patient, des articulations et du cou sera effectué par le docteur pour éviter les complications graves.

A propos de

Choisir son cadre de lit

Beaucoup pensent que le cadre de lit est un accessoire insignifiant. Pourtant, malgré la discrétion de cet accessoire, il tient une place importante dans une chambre. Il participe au confort et à l’esthétique de la pièce. Pour vous permettre un choix plus judicieux alors, voici quelques informations.

Pourquoi a-t-on besoin d’un cadre de lit ?

Avant de choisir votre cadre de lit, il est important de cerner vos besoins. Sa première vocation est le maintien du matelas et du sommier. Il est alors très important de vérifier et revérifier les dimensions adaptées avant de procéder à l’achat. Cela est valable tant pour la longueur que pour la largeur, mais également pour la profondeur et les rebords. Le cadre sera-t-il dédié à un lit simple ou double.
Dans le cas où vous avez déjà le matelas pour le cadre, le choix sera assez facile. En revanche, si ce n’est pas le cas, la technique est de voir par rapport à la dimension de la chambre à coucher ou l’endroit qui accueillera le lit. Cependant, il est préférable d’avoir un cadre de lit plus large que le matelas, que le contraire.

Savoir choisir le matériau idéal

La plupart des cadres de lit sont fabriqués en métal. Cependant, il existe aussi des cadres de lit en bois. Il est conseillé d’opter pour le métal, que ce soit le fer ou le cuivre. Ce choix est à la fois judicieux du côté économique et esthétique. Le métal offre une bonne stabilité pour votre sommier et permet d’obtenir des structures ajustables.
Mais il y a aussi l’option bois. Les bois les plus utilisés pour la fabrication de cet accessoire sont le cerisier ou le chêne. Contrairement au métal, le bois apporte plus de chaleur qui est un critère très important pour une chambre à coucher. Toutefois, il reste plus onéreux. Vous aurez aussi des cadres de lits design, comme ce type de lits à led : https://www.concept-usine.com/lit/lits-led.html

Choisir parmi plusieurs modèles

Les magasins proposent généralement des cadres de lit sous forme de kit. La grande majorité des modèles proposés sont composés de têtes et de pieds de lit assortis. Mais il faut faire attention dans le choix du modèle et de la taille, car fréquemment ils ne sont pas ajustables.
Si vous cherchez bien, vous pouvez aussi trouver des modèles en pièces séparées. Bien qu’ils soient rares, les modèles séparés sont plus pratiques. Ils permettent aux utilisateurs de les adapter selon les besoins. C’est-à-dire alterner d’une à deux places. Lors de votre achat, il est important de toujours vérifier les jointures ainsi que la solidité de l’ensemble.

Choisir le style de cadre

Selon vos besoins, le style de votre cadre de lit aura des caractéristiques spécifiques. Par exemple, un cadre de lit pourra servir d’espace de rangement pour optimiser les places utilisables dans votre chambre à coucher. Un lit bateau pourra accroître les possibilités d’aménagement grâce à des tiroirs glissés en dessous. Il y a aussi les lits à colonnes ou encore les lits à barreaux pour les enfants.

A propos de

Hjc, une marque de casque « made in Corée »

Présente dans différents pays, la marque coréenne HJC est l’un des plus grands réseaux de distribution mondiale de casques. Avec plus de 40 ans d’existence, elle fabrique différentes sortes de casques de moto scrupuleusement testés pour être utilisés en ville ou sur circuit. Certains champions du monde tels que Ben Spies ou Jorge Lorenzo collaborent avec cette marque pour son développement.

HJC, une marque de renommée mondiale

Née en 1971, la marque HJC « made in Corée » est expérimentée depuis de longues années dans la fabrication de casques de moto. Ces casques sont distribués en Europe et dans le monde entier, faisant sa renommée internationale.

Très prisée en Europe, HJC développe chaque année de nouvelles technologies pour améliorer la qualité de ses produits. Le racing RPHA 10 Plus est un des casques qui a d’ailleurs contribué à son succès planétaire grâce à sa technologie PIM ou Premium Integrated Matrix. Cette dernière concerne particulièrement la calotte du casque qui est conçue en aramide, en carbone et en fibre de verre. La marque a de quoi se vanter avec ce modèle, car il est très léger et convient à toutes les compétitions.

Ce sont les champions du monde Ben Spies et Jorge Lorenzo qui ont contribué à la célébrité de la marque HJC. En effet, d’une part la Star de moto GP Ben Spies a participé à la conception du casque sport/route RPHA 10 Plus. D’autre part, c’est en portant ce même casque que Jorge Lorenzo est devenu Champion du Monde 2012 de moto GP. Il a remporté également quatre autres courses avec son RPHA 10 Plus en Espagne, en Italie, au Qatar et en Grande-Bretagne.

En 2013, le casque IS-17 de la marque HJC connaît également un franc succès notamment auprès des médias. Doté de qualités et de performances accrues, ce modèle fait partie des casques les mieux vendus de la marque.

D’autres modèles ont également vu le jour en 2014. Ce sont le FG-70s, le FG-X, le FG-JET, le RPHA MAX Evo, le FG-17 et le RPHA ST. Ce dernier est le casque Sport Touring nec plus ultra avec un nouveau mécanisme de pare-soleil et un design élégant.

Une distribution à l’échelle mondiale

Sécurité, confort, élégance et qualité sont les mots d’ordre de HJC. Cette dernière peut se vanter d’être la marque préférée des motards en Europe. Implantée au Vietnam, en Corée du Sud, en Chine et en Corée du Nord, elle produit environ un million de casques par an. Faisant l’objet d’un contrôle qualité pointilleux, le processus de fabrication suit 40 étapes et est réalisé à la main par des ouvriers expérimentés.

C’est au sein du centre de recherches et de développements HJC, situé non loin de l’usine coréenne, que la création, la recherche innovatrice et le développement de la sécurité des casques sont réalisés. Environ 50 spécialistes se chargent de garantir le confort, l’ergonomie, la sécurité, la résistance des matériaux et l’aérodynamique de chaque produit. Aux Etats-Unis comme en Europe, plus d’une centaine de milliers de casques accessoires et pièces détachés sont conservés pour une livraison rapide et une SAV assurée.

On vous conseille également cet article sur les casques Arai.

A propos de

Débuter la guitare

Bon nombre de personnes ont souhaité apprendre la guitare sans avoir osé se lancer. Pourtant, personne n’est venu au monde en sachant jouer de la guitare, et même tous les guitaristes ont bien dû passer par la case départ : l’apprentissage. Mais alors, que faut-il savoir pour débuter la guitare ?

Se préparer psychologiquement

Il faut savoir que le fait d’apprendre la guitare n’est pas une chose facile : il faudra beaucoup de persévérance ainsi qu’une volonté d’apprendre. Si l’apprentissage en soi n’est pas aussi difficile qu’on ne le pense, c’est au niveau psychologique qu’il faudra faire des efforts particuliers. Par exemple, il peut arriver que le bout des doigts fasse mal pendant les premiers mois d’apprentissage, mais il faudra continuer à exercer. En effet, apprendre la musique c’est comme apprendre une langue étrangère : plus on la pratique et plus le cerveau l’assimile facilement.
Mais apprendre la guitare, c’est aussi penser d’ores et déjà que l’apprentissage va durer plusieurs années. Effectivement, les grands guitaristes de renom n’ont pas encore fini d’apprendre…

Avoir des bases en musique est un atout

Comme pour apprendre tout autre instrument de musique, débuter la guitare est toujours plus facile lorsque l’on a des bases en musique. Le raisonnement des accords, le suivi du solfège ou encore le rythme seront en effet des choses presque naturelles chez vous, si vous avez eu des expériences musicales par le passé. En effet, apprendre les arpèges et les accompagnements seront assez difficile si vous n’avez pas encore ces bases-là.
Toutefois, sachez que rien n’est impossible et que beaucoup de grands guitaristes ont commencé à partir de zéro. Sachez également que les différentes notes écrites sur le solfège ne sont que des guides, mais que votre principal outil de travail sera l’écoute. En vous forgeant une ouïe fine, vous pourrez facilement maîtriser la guitare et ses différentes astuces ou effets.

Les notes et les accords

Pour débuter en guitare, il faut d’abord reconnaître les différentes parties de la guitare. L’on trouve alors le manche sur lequel les cordes sont rattachées, ainsi que la caisse de résonance d’où le son vient. Il faut d’abord apprendre les différentes notes que produit la guitare, ainsi que les différents accords pour jouer des chansons.

Pour débuter, les élèves ont tendance à ne jouer qu’une seule gamme et s’y adapter pendant un certain temps jusqu’à ce qu’ils la maîtrisent. Au fur et à mesure que vous avancerez dans votre apprentissage, vous pourrez diversifier les gammes que vous jouez. Il peut être intéressant de commencer par jouer une seule et même chanson avec des gammes différentes : une fois que vous aurez fait le tour, vous verrez que jouer les autres chansons ne seront plus qu’un jeu d’enfants pour vous.

A propos de

Soigner un enfant atteint de varicelle

Les symptômes de la varicelle se manifestent dès le premier jour où un enfant contracte le virus. Bien souvent peu apparents au début, ils peuvent être soignés en suivant quelques conseils. Il est tout de même vivement recommandé de demander l’avis d’un médecin afin d’éviter les risques de complications.

Limiter les démangeaisons et éviter les infections

Bien avant l’apparition des taches rouges, la varicelle provoque des démangeaisons importantes chez le patient. Pour atténuer ses démangeaisons, votre enfant aura le réflexe de se gratter. Pourtant, cela peut entraîner des cicatrices indélébiles. Même s’il est vrai que nos grands-mères nous conseillaient souvent d’appliquer du talc sur les boutons qui démangent, ne recourez surtout pas à ce traitement contre la varicelle ni à toute forme de poudre ou de pommade. Ceux-ci peuvent en effet augmenter le risque d’infection chez votre petit. Le médecin peut prescrire un traitement antihistaminique afin de calmer les démangeaisons.

Par ailleurs, les vêtements serrés et en contact direct avec la peau sont à proscrire. En revanche, les pantalons en coton et les larges chemises sont préférables pour votre petit. N’oubliez pas de lui donner des douches ou des bains rapides une à deux fois par jour avec un savon dermatologique et de l’eau tiède pour le soulager. Ne le frottez pas mais séchez-le délicatement avec la serviette après sa douche. Évitez les produits antiseptiques et appliquez une solution aqueuse de chlorhexidine sur son corps après la douche ou le bain afin de le garder d’une surinfection.

Le port de moufles est souvent recommandé chez les tout-petits surtout pendant la nuit. Les risques de surinfection sont également écartés si vous coupez fréquemment les ongles de votre enfant et si vous lavez ses mains régulièrement.
Votre médecin prescrira un traitement antibiotique adapté en cas de surinfection. Prenez le temps de le consulter si l’état de votre enfant s’aggrave ou si la fièvre est élevée.

Remédier à la fièvre

La température de la chambre de votre enfant ne doit pas dépasser les 20° C au maximum. Contrôlez fréquemment sa fièvre, couvrez-le d’un simple drap, enlevez les couvertures, les couettes et déshabillez-le s’il le faut. Donnez-lui souvent à boire pour éviter qu’il ne se déshydrate.
L’aspirine ne doit pas être administrée à un enfant atteint de la varicelle, car cela risque de provoquer le syndrome de Reye. Considérée comme une complication de la varicelle, ce syndrome est une maladie très grave du foie et du cerveau. Il en est de même pour les anti-inflammatoires non-stéroïdiens ou AINS qui accentuent le risque de complication sévère de cette affection.
La prise de paracétamol est généralement recommandée pour faire baisser la température du patient. Contactez immédiatement votre médecin au cas où la fièvre dépasse les 38,3° C pendant plus de 4 jours.

A propos de

Les règles d’or du bon cycliste

Un cycliste digne de ce nom doit respecter certaines règles pratiques afin d’assurer sa sécurité ainsi que celle des autres usagers de la route. En voici quelques-unes.

Toujours porter son casque

La sécurité est la première priorité d’un cycliste, qu’il roule en ville ou en forêt. Le port du casque peut être négligé par certains, et pourtant il s’agit d’une protection optimale pour le cycliste en cas d’accident. Comme la chute peut être violente, il est toujours conseillé de porter son casque en toutes circonstances. Que vous partiez en randonnée VTT ou que vous vous déplaciez en ville pour faire quelques courses, ayez toujours comme réflexe le port du casque, car comme le dit l’expression : un accident est vite arrivé.
En rappel, il est très important de changer de casque dès lors que vous êtes tombé avec et qu’il a subi un choc : il peut paraître intact à l’intérieur mais ne peut plus offrir une protection optimale pour votre tête.

Toujours rester visible

Toujours dans ce contexte de sécurité, le cycliste doit également rester visible. Mis à part les bandes rétro-réfléchissantes placées sur le vélo, pensez également à porter des vêtements avec des couleurs voyantes et à installer des bandes rétro-réfléchissantes sur le casque. Ainsi, les autres usagers de la route pourront vous apercevoir de devant comme de derrière à partir d’une certaine distance.

Respecter le code de la route

Cela va de soi, une personne qui utilise la voie publique doit respecter le code de la route. Cela s’applique aux automobilistes, aux motards mais aussi aux cyclistes. Nous pouvons avoir tendance à minimiser les choses dans la mesure où nous pensons passer inaperçu sur un vélo, mais il faut savoir qu’en négligeant le code de la route, vous vous mettez en danger et mettez également les autres usagers de la route en danger.
Il existe un code de la route supplémentaire pour les cyclistes, étant donné qu’un vélo de course standard n’a pas de clignotant : il faut tendre le bras lorsque vous allez tourner à une intersection ou changer de file. Cela servira à alerter les utilisateurs de la route qui ont souvent du mal à comprendre les diverses intentions des cyclistes.

Pour une compétition : se fier aux équipements habituels

Si vous participez à une compétition de cyclisme ou de VTT, sachez que la règle d’or qui s’applique ici est l’aise. Ce n’est donc pas le moment de tester les nouvelles choses sur le marché. Cela s’applique au vélo comme aux divers équipements : ce n’est pas pendant une course que vous allez essayer de nouvelles lunettes de soleil ou encore le dernier modèle de vélo. Vous aurez toutes vos chances à utiliser du matériel avec lequel vous êtes habitué, car ainsi vous pourrez maîtriser tous les éléments de votre course.

Penser à se réhydrater régulièrement

L’hydratation est une chose essentielle chez le cycliste. Que ce soit en randonnée, en ville ou lors d’une compétition, il est très important d’avoir une gourde pleine à portée de main afin de compenser les pertes d’eau occasionnées par l’effort. En compétition, il est même conseillé d’avoir deux gourdes : l’une pour l’eau minérale et l’autre pour mettre une boisson énergétique. En effet, il faut éviter les crises d’hypoglycémie lorsque vous êtes sur un vélo.

A propos de